Deux exercices d’éducation populaire

Publié le Mis à jour le

Compte-rendu : j’ai lu pour vous…

 Ce sont deux ouvrages d’éducation populaire qu’il convient de présenter. Deux ouvrages différents, mais tellement complémentaires. Le premier est celui de Josette Touzet, Le grand bleu de l’émancipation, il est le résultat d’un travail d’appropriation de la chose économique par une non spécialiste. Le second, Raconte-moi la crise, est une exploration de Jean-Marie Harribey des questions économiques, environnementales et sociales à travers des textes non académiques.

Le Grand bleu de l’émancipation – Josette Touzet téléchargement

 Ce n’est pas le petit livre rouge, mais le petit livre bleu de l’espérance et de l’émancipation, tel est le projet de Josette Touzet dans cet ouvrage destiné au grand public rebuté par les ouvrages complexes et universitaires de la chose. L’objectif est d’offrir les clés d’une alternative à un monde qui marche sur la tête. L’avant propos est limpide : « récupérez votre vie et votre citoyenneté, devenez acteurs et décideurs ». Cet ouvrage est donc traversé par l’esprit de l’éducation populaire, Josette Touzet apporte de façon simple et accessible les clés du monde qui nous entoure, par un propos clair,  humoristique et synthétique.

L’ouvrage est structuré en quatre parties, la première très personnelle explore la genèse d’une contestation. La seconde déconstruit l’imaginaire capitaliste, la troisième en expose les conséquences néfastes, et la dernière offre des pistes à l’alternative. Des pistes, et non un programme clé en mains. L’alternative est un projet collectif, réfléchi et le résultat d’un choix politique citoyen, la pensée globale pour une action locale… et non l’inverse !

Ce livre est militant, il doit ouvrir les portes de la connaissance à des personnes qui seraient rebutées par la chose. Ce livre se lit bien, rapidement, il devient un petit outil militant.

Alors, l’économiste, le syndicaliste, le militant aguerri n’apprendront sûrement rien de neuf, mais Josette Touzet ne vise pas ces personnes, elle vise le citoyen en quête de pistes de réflexion. Le pari me semble réussi…

Cet exercice d’éducation populaire est réussi, il ouvre une voie vers l’émancipation…

Pour prolonger l’usage multiple de citations de Josette Touzet, qui illustrent l’ensemble des propos de l’ouvrage, je ne peux terminer que par cette belle tirade, qui résume l’ouvrage, de Georges Bernard Shaw, prix nobel de littérature en 1925, socialiste, pacifiste, anticonformiste (il obtint aussi un oscar… qui servira à bloquer sa porte d’entrée), pourfendeur du système économique qui l’entourait :

« certains regardent la réalité et disent : ‘‘pourquoi’’, Moi je rêve de l’impossible et je dis : ‘’pourquoi pas’’ ».

Josette Touzet, Le Grand Bleu de l’émancipation, auto-édition, disponible lors de toutes les actions de l’association ATTAC.

Raconte-moi la crise – Jean-Marie Harribey

105.60fadb8b

 Autre style mais même objectif, « le lecteur trouvera donc dans les pages qui suivent des textes, alliant l’analyse et la dérision, qui sont des petits essais socio-économiques, écrits sur le vif des mouvements sociaux », nous dit Jean-Marie Harribey. Les deux ouvrages peuvent se répondre. Si le premier n’est pas celui d’un économiste, le seconde oui. L’exercice d’éducation populaire traverse le projet, il offre les clés d’une compréhension du monde… Comprendre le monde, c’est déjà le renverser.

On retrouve des textes détournés de la littérature populaire, on retrouvera le Petit Prince dans « dessine-moi un modèle », ou une attaque de Moulin avec un bon et beau « Don Quiattaque », ou un Molière quelque peu moderne, « Le bourgeois bonhomme ».

Trois parties composent l’ouvrage de Jean-Marie Harribey, les racines de la crise (et oui, le système qui nous entoure n’est pas à une contradiction près), la crise elle-même et le déni de crise par la pensée dominante.

La théorie économique standard est combattue, battue en brèche, dénoncée. On retrouvera, de manière parodique, des arguments à la pensée libérale et dominante. Et surtout, l’économiste révisera ses classiques, le syndicaliste et le militant se formera différemment, et le citoyen apprendra beaucoup…

On soulignera une correspondance (imaginaire) entre Keynes et Marx qui conclue l’ouvrage, bref le résultat est réussi, on passe du bon temps à le lire, les outils d’un autre avenir sont accessibles !

Jean-Marie Harribey, Raconte-moi la crise, Le bord de l’eau éditions, 2009, Bordeaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s