Histoire d’un roman… le carnet ouvre ses portes (7)

Publié le

Je poursuis le travail de retranscription, commencé il y a peu de temps[1]. Pas de repos pour les braves, à Noël on continue de se battre.. mais on trouve le temps d’oublier, le champagne le permet.

Noël

«Le soir a 3 heure de l’après midi nous sommes parti de nos tranchés pour nous rendre au repos a Payssi nous ocupons les carriere que nous avions déjàs occuper le 28 le samedi a 6 heure soir nous sommes partit 4 hommes et le caporal pour prendre la garde au petit poste nous passons toute la nuit sans dormir de sentinelle avec la pluit sur le dos. J’oubliai de dire que le 25 novembre le jour de la saint Catherine il a tomber de la neiges toute la matiné ou nous avions été au tranché la neige a durer 2 jour. Le jour ou j’écrit cela c’est le 30 novembre nous sommes encore au repos ses toujours meme situation. Dans les tranchés maintenant l’on a installé des petite cheminée fournaud que le soir après la soupe l’on fait le thé en jouant au carte. L’on revient au repos toujours Paissy la 16 décembre notre capitaine et notre comendant viend d’etre décorer de la Croix Légion d’Honneur nous par le général qui les a embrassez en les décorant apres cela la musiques joue la Marseillaise et un défiler que l’on défil tout le bataillon baillonnette au canon devant le Général c’était une petite fete sa ressemble le 14 juillet le capitaine si content qui vien donner une chopine de vin par homme Le Capitaine si content avait gagner cette médaille a la Ferme du Temple pour avoir maintenu sa compagnie toute une journée sous le feu des balles et des obus. Le lendemain le 17 décembre la musique a fait un petit concert dans un carrière une seine installer l’on dirait le grand Théatre jamais l’on se figurer etre à la guerre. Le 18 on part dans les tranchés toujour avec notre fournaud que nous faisons toujour le le thés quoique les boches nous tirait toujours desus l’on y fait attention a eux il ne épouvante plus. Le 22 décembre l’on revient encore dans notre patlin de Paissy pour passer les fetes de Noël. Le 24 la nuit de Noel nous touchons 2 bouteilles de champagne des oranges du chocolat et l’on avait tous du vin je me souviendrai encore de celle la j’avais une bonne cuite car avec 4 autres camarades l’on est aller encore après la soupe dans un café en boire deux autres bouteilles de Champagne avec le capitaine qui était aussi plein comme nous autre. L’on

Chanter comme si nous avions été a une foire, celle la restera longtemps encore gravé dans ma mémoire qui était avec moi c’était un nomé Goudet qui l’on ne se laisse pas et un sergent Billonaud de Réau et Pérot lui aussi de Réaux. Le soir pour nous refaire de sa l’on nous emmene dans les tranchés pour renforcer le 2e bataillon que l »on avait peur que les boches les attaques nous passons une très mauvaise nuit par le froid car nous étions dans de très mauvaise guitoune ces la que nous passons la messe de minuit au jour nous revenons dans notre Cantonement de Payssi. Belle journée qui se prépare c’est le matin a 9 heures que je fais ce petit récit, le jour de Noël nous restons encore au repos et le lendemain nous partons au tranchés a 1 heure de l’après midi nous rendons donc au tranché le soir a 6 heure quand il commence a faire noir l’on nous emmene faire une tranchées, en avant de notre première ligne a 100 metres des almands, nous travaillons jusqu’à minuit il nous tirai dessus mais il nous ont touché mais la 12e compagnie qui été a coté de nous a eux un mort et un blessé.

Nous retournons nous couchez le 27 Décembre nous restons encore avec le capitaine en réserve jusqu’au 31 que nous retournons au repos a Paissy le lendemain le 1e janvier, une belle journée les balles nous on souhaiter la bonne année, car a minuit il nous on envoyer 5 a 6 coup d’obus dessus nos grotte mais il nous on pas touché. le matin nous touchons du champagne et du jambon et un cigare et une chopine de vin par homme C’était la noce. Nous restons dans 4 jours la, retournons en première lignes à 50 metres des boches le 4 janvier le soir meme que nous sommes la L’Escouade nous sommes commender de Garde a surveiller les boches nous passons toute la nuit sans dormir avec l’eau sur la peau jusqu’à 7 heures le matin dans l’eau et la boue je me souviendrai encore de celle la  …»    

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s