Histoire d’un roman… L’exploration du carnet

Publié le Mis à jour le

Après la retranscription brute du carnet[1], voici la seconde étape : l’analyse. Il convient ici d’explorer les informations, de retracer le chemin parcouru, les lieux, les combats, les batailles, les déplacements.

Du départ au front[2]

Le 2 août 1914 est décrété la mobilisation générale en France, le 3 août l’Allemagne déclare la guerre à la France.

Le 24 août l’Allemagne contraint l’armée française à battre en retraite, l’armée Allemande envahit la France. Le 2 septembre, le gouvernement français quitte Paris pour Bordeaux. La première bataille de la Marne a lieu du 6 au 14 septembre 1914 pour repousser l’offensive de l’armée allemande qui est à 45 km de Paris. Cette contre offensive est une réussite militaire, mais elle préfigure ce que sera la Grande Guerre, 100 000 soldats sont morts. L’armée allemande se retire, le front va se stabiliser. Le 20 septembre Reims est repris par l’armée française.

Le 30 septembre, Ferdinand part de la gare de Saintes en Charente Maritime en direction du front. On apprend qu’il se rend dans la Marne pour Fismes à l’Ouest de Reims. Un long trajet en train…

 Nouveau Présentation Microsoft Office PowerPoint

Craonne [3]

Dans le troisième épisode, on apprend que Ferdinand est proche de Craonne, qui fut un lieu dramatique de la première guerre mondiale. Ce village a une histoire militaire tragique, déjà en 1814 où Napoléon a remporte une de ces dernières batailles.

Craonne est un village martyr qui sera le berceau de plusieurs combats meurtriers lors de la première guerre mondiale.  En 1914, après la première bataille de l’Aisne, le village est occupé et sa population est déplacée : le village se situe en effet sur la ligne de front.

numérisation0007.jpg4.

417_001

Il sera rasé lors de l’offensive de 1917 d’un tristement généralissime commandant des armées française, un certain Nivelle. Craonne est situé sur les pentes du plateau… du Chemin des Dames.  Les combats y sont terribles lors de cette offensive : la 1re division d’infanterie qui monte à l’assaut se trouve bloquée au niveau des caves de Craonne. Après l’échec de cette offensive et les pertes graves subies, plus de 130 000 hommes en 10 jours, l’armée française doit faire face à de nombreux actes d’insoumission concernant plus de 150 unités, c’est le début des mutineries. La Chanson de Craonne[4], devenue célèbre, associe le village à ces insoumissions et au pacifisme.

La guerre s’enlise… c’est le temps des tranchées.

Dans les autres passages, on s’aperçoit que l’essentiel du travail de Ferdinand et de ses camarades se résume à la construction et la consolidation des tranchées. Peu de scènes de combat sont présentes, Ferdinand est le plus souvent en réserve. Quelques passages en première ligne, l’hypothèse que je porte est qu’il fut réserviste, l’armée française après la loi des trois ans en 1913 s’organise de la sorte :

–          service militaire pendant trois ans (armée d’active) ;

–          réserviste pendant onze ans (armée de réserve) ;

–          territorial pendant six ans (armée territoriale) ;

–          réserviste de la territoriale pendant six ans (armée territoriale).

Au total : 25 classes sous les drapeaux à la mobilisation, soit, en 1914, de la classe 1889 à la classe 1914, c’est-à-dire des gens nés entre 1869 et 1894. Les effectifs mobilisés en août 1914 sont de 3 580 000 hommes (un Français sur dix). Il me reste à poursuivre mes recherches pour découvrir sa classe, on peut penser que ce fut la classe 1900, ce qui explique que le carnet d’arrête en 1915, lorsque Ferdinand explique que cette classe est relevée. Les derniers mois sont synonymes de mouvements perpétuels, de village en village. La carte suivant reprend l’ensemble de ces mouvements.

Nouveau Présentation Microsoft Office PowerPoint

Ce qui est frappant, mais pas surprenant, c’est la nécessité d’oublier la condition de militaire. Le vin est un allié, mais on retrouve des passages de camaraderie et de solidarité entre militaires. Les passages des échanges avec les tirailleurs l’illustrent bien.

Vers le roman

Cette première étape pose les bases du futur roman. Maintenant, je me lance dans la connaissance même du personnage que je ne connais qu’à travers le carnet. Un long travail d’archive commence, mais la trame de l’histoire est déjà toute tracée…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s