En passant

Contre tous les obscurantismes….

En passant Publié le Mis à jour le

Cher Charlie,

Je ne t’ai que trop peu connu, non pas que tu ne m’intéressais pas, ohhh non, j’ai très souvent ri de ton impertinence mais mon coeur tendait vers un autre Canard… Cela dit, ton goût pour la critique, la satire, la caricature et l’irrévérence ne m’ont jamais laissé insensible. Tu as participé à ton niveau à ma formation de citoyen et d’Homme libre. Ton rôle fut moindre, je l’avoue, que celui de Karl M., John K., Pierre B., Karl P., Jean J. ou Marcel M., mais tu as été un compagnon de résistance contre l’obscurantisme, la pensée dominante et la fainéantise intellectuelle.

Ce matin, je ne peux que penser à ce que tu nous as apporté. Je parle de toi Bernard, le seul que je connaissais vraiment, du moins par procuration. Quand je regarde derrière moi sur cette étagère, je suis persuadé que Bernard Maris vit toujours par ses ouvrages qui ne prendront jamais la poussière, ils nous rappellent son combat quotidien contre la pensée unique diabolique, qui depuis 1980 nous entraîne dans les Abymes profonds d’une société de marché putride qui met l’être humain à terre pour l’intérêt d’une classe cynique et égoïste. Moi, l’apprenti utopiste, l’élève – oui nous devons l’être à vie, nous avons toujours à apprendre et à apprendre – qui tourne machinalement les pages de ces livres, je me dis que notre oncle Bernard nous accompagnera, nous portera, nous aidera dans notre marche collective vers un autre monde qui aura vaincu l’obscurantisme de ces économistes qui n’arriveront jamais à nous mettre dans une équation. Une nouvelle section économie politique au Conseil national des universités serait une belle ironie du sort, serait un hommage certes bien terne mais un pied de nez à tous ces mandarins.

Je retrouve au fond d’un carton les unes de journaux que je garde précieusement, je retrouve le numéro sur les caricatures de Mahomet autour de celle de la victoire de l’équipe de France lors du mondial de foot en France ou même celle du 21 avril 2002… Belle ironie non ? En 1998, la fameuse équipe black, blanc, beur, qui a fait le bonheur de millions de français, qui a fait descendre dans la rue toute la diversité de notre pays, la main dans la main autour de 22 footeux qui n’ont eu que pour seul mérite de mettre trois buts au Brésil. Mais ce vent de fraternité fut balayé quatre ans plus tard par une tempête qui a détruit depuis toute réflexion saine sur le vivre ensemble. L’extrême droite et la droite extrême, avec le complice soutien de la sphère médiatique dominante, ont créé un vaste climat de haine et de méfiance, remettant sur le devant de la scène l’intolérance religieuse, la guerre de civilisation -vaste duperie et malhonnêteté intellectuelle-, et le mépris affirmé contre toutes voix dissonantes et impertinentes que le moralisme ambiant et réactionnaire honnit. Et pour quel résultat ? Sarkozy et la droite populiste et réactionnaire qui jouent sur les peurs, qui tentent d’installer un climat de méfiance et de haine entre citoyens. Ce qui permet de détourner le regard de la question sociale.

Nous pensions à la sortie de la seconde guerre mondiale que la religion disparaîtrait dans la seule sphère privée et ne dérangerait plus personne. C’était sans oublier tous les excités du crucifix, de la kippa ou de la burqa. Ce numéro des caricatures doit nous rappeler que rien ne peut interdire ce droit de rire et de se moquer de l’ordre spirituel. N’oublions pas tes dessins sur les juifs, les cathos, les politiques, les sportifs, les intellos et autres, n’oublions pas la force de la dérision dans ce monde triste. Tes détracteurs n’aiment pas que ton crayon puisse les mettre devant leurs contradictions et devant la réalité. Alors, on aime ou on n’aime pas, mais la liberté d’expression ne se négocie pas !

Alors oui, certains t’ont attaqué, tu serais un gros beauf raciste… Quelle bêtise, et tu as sublimement répondu à ces attaques ! Car tu ne laisses pas indifférent dans ta constance à dénoncer la Religion, ce rapport de domination mystique d’illuminés contre la raison, contre la tolérance et contre la fraternité. Cette institution obscurantiste qui aliène les peuples, institution inerte aux progrès sociaux, figée dans un imaginaire spirituel ignare du Moyen-Age. On peut, je peux, accepter que cette position fâche, interpelle, choque, mais de quel droit la pensée religieuse viendrait m’imposer ma façon de faire, de vivre et de partager ? J’ai franchi le pas il y a quelques années en écrivant à l’archevêque de Bordeaux pour demander ma débaptisation. Ma maison n’est pas celle de Dieu… Les peuples se sont battus contre toutes les dominations et exploitations, les Lumières et les philosophes ont tué Dieu, et ont montré une direction vers l’émancipation humaine, vers un monde libre, fraternel, solidaire et respectueux, ce train nous ne l’avons pas encore pris malheureusement. Mais cette direction nous l’avons emprunté toi et moi à notre rythme, par d’autres chemins, mais tu y as consacré ta vie et la bêtise humaine, la connerie, l’ignorance ont osé te poursuivre et t’attaquer. Qu’ont-il fait ? Ils ont touché le coeur même de notre vie en société, de nos droits les plus sacrés et notre contrat social. Mais la société d’un élan spontané s’est soulevée, s’est recueillie, a partagé un moment de fraternité entre citoyens, entre TOUS les citoyens.

Voilà 30 ans que l’on nous parle de choc de civilisation, la belle blague… Cette guerre commanditée par les néoconservateurs américains n’est qu’un avatar de l’impérialisme occidental. Cette guerre justifie l’imposition du capitalisme libéral à toute la planète quand l’URSS a disparu. De la lutte des classes on nous fait croire, et certains l’ont entendu, que nous étions en lutte culturelle. Ce n’est bien sûr rien de tout cela, mais cette posture et cette croyance permettent de ne plus avoir comme finalité notre combat du rapport social de production capitaliste, celui de l’exploitation, de l’aliénation, de l’inégalité ; le PS il y a bien longtemps, et bien trop souvent le mouvement social actuel tend à l’oublier se concentrant sur des segments de contestation, la lutte est pourtant systémique… Le capitalisme, et la société de marché qui tente de s’imposer avec,  détruit les repères par la marchandisation du monde, du travail, de la terre et de la monnaie. Qu’il est important de relire Polanyi, Durkheim, Mauss, Bourdieu et Marx ! Cette exploitation du capital sur l’Homme a des conséquences néfastes que le système médiatique et intellectuel dominant cache. Et cela, mon cher Charlie tu l’avais bien compris. La religion, opium du peuple qui tourne à l’overdose, est l’arbre de l’intolérance et du fanatisme qui cache la forêt de la domination et de l’exploitation. Au lieu de s’attaquer aux désastres sociaux, économiques et écologiques, s’est imposé un schéma de lutte autour d’une opposition entre religieux. Il suffit d’étudier tous les excités fanatiques et les fous de dieu pour observer qu’ils sont tous des exclus, des personnes sorties du système scolaire, des précaires qui ont rencontré en prison ou ailleurs de mauvaises personnes, des pommés, des petites frappes. C’est l’exploitation de l’ignorance qui permet cela. N’oublions pas Victor Hugo, lorsqu’on ouvre une école on ferme une prison ! Quand on combat l’inégalité, la pauvreté, l’exclusion et l’exploitation, on participe à une société moderne et progressiste et on ferme la maison du fanatisme et de l’obscurantisme. Tout ce processus de libéralisation, marchandisation, compétition, mépris de classe entraîne une volonté d’en découdre. Les zélateurs, les chiens de garde, les puissants ont créé un nouvel ennemi, ont créé artificiellement une guerre de civilisation qui n’existe pas. C’est l’expression de l’ignorance et de la haine qui s’exprime. Alors, pour détourner le regard de la lutte des classes, les nouveaux fanatismes de Zemmour, Dieudonné, Soral et Le Pen viennent créer artificiellement une guerre entre les citoyens. Bien aidés par les médias dominants… La lutte contre le système capitaliste reste l’unique moyen de sortir par le haut, nous devons ensemble lutter contre cette classe dominante qui nous entraîne au fond. La religion remise au centre du débat public a créé un ennemi qui n’en est pas un. Je n’ai pas d’ennemis qui croient dans un dieu que je n’ai pas, je n’ai comme ennemi que ceux qui mettent la religion au centre du débat public pour légitimer une nouvelle domination et régression. Que chacun croit en son dieu dans son coin, dans sa maison, dans son Eglise, et que nous tous citoyens du monde nous reprenions la lutte pour déloger le capital ! Et cela tu l’avais bien compris Charlie, tu étais parmi les fondateurs d’Attac et Bernard fut membre et vice-président de son conseil scientifique.

Et voilà que l’on vient à nouveau de te tirer une balle dans le dos. Les partis politiques viennent détruire ce moment d’unité avec leur pâle et abjecte récupération. L’appel des partis pour une marche unitaire dimanche a justement détruit l’union nationale spontanée qui s’est créée autour de toi. Le piège attendu par le FN se referme sur nous. MAIS quelle ironie ! L’extrême droite que tu vomissais se place comme recours et crache sa haine sur ton âme. L’UMP est sur le même chemin, cette droite extrême qui sous l’effet Sarkozy s’éloigne des principes et des valeurs républicaines. Les terroristes de la pensée se mettent en ordre de marche. Zemmour, ou la honte nationale, qui participe depuis des années à l’opposition et la haine entre citoyens n’a pas attendu pour ressortir son discours puant. Nous devons toutes et tous être vigilants contre toutes les formes d’amalgame et d’appel à la vengeance, contre les lois d’exception que souhaiteront mettre en place les plus réactionnaires. Cette marche de dimanche, nous y serons pour ta mémoire, mais surtout contre les partis politiques et l’extrême droite, nous serons là pour fermer la fenêtre de tir de la faschosphère et des réacs que tu t’acharnais à mépriser et dénoncer. Nous devons appeler à marcher ensemble contre l’obscurantisme des religions, des xénophobes, des extrémismes en tout genre. Car le piège des terroristes est bien là… installer un climat de peur et de haine entre citoyens. Ces attaques contre les musulmans sont gerbantes ! Nous avons une identité humaine par notre position sociale, notre éducation, notre sensibilité, nos opinions du bien commun mais sûrement pas par nos croyances mystiques. Quand le Ku klux Klan massacre des citoyens américains, a-t-on clamé haut et fort que tous les chrétiens étaient des assassins ? Quand Pie XII n’a rien fait pour aider les juifs a-t-on clamé que les catholiques étaient tous des collabos ? Quand quelques excités ont manifesté contre le mariage pour tous, a-t-on clamé que tous les catholiques étaient réactionnaires ? Quand des excités du crucifix tuent des médecins qui avortent aux Etats-Unis, a-t-on clamé que les catholiques étaient des tueurs ? Et la pédophilie des prêtres ? Tous les cathos sont pédophiles alors ? Bien sûr que non !

La réponse sera donc politique, c’est de plus de droits sociaux que nous avons besoin, plus de démocratie, plus de lieu d’expression. C’est d’échanges, de partage et de solidarité que nous avons besoin. La IVe République tant décriée est la seule qui a offert autant de droits sociaux aux travailleurs, il ne faut pas l’oublier. Cette IVe République de la proportionnelle, des conventions collectives, de la protection sociale. Nous n’avons pas besoin d’un roi tout puissant qu’il soit président ou représentant d’un culte. C’est de lutter contre l’inégalité et l’exclusion que notre salut dépendra. C’est offrir à tous la possibilité de s’émanciper de ses chaînes, à penser en Homme libre, à débattre, à s’engueuler, à dessiner, à s’aimer, qui nous permettra de construire un autre monde, et cela passe avant tout par l’affirmation qu’il n’y a qu’un ennemi : les dominants, les oppresseurs, les exploiteurs et les excités en tout genre.

Nous devons ensemble nous soulever contre tous les obscurantismes, contre toutes les haines, contre les fanatismes, contre les racismes, contre la pauvreté et les inégalités. Nous devons nous lever contre l’ignorance et la bêtise. L’éducation populaire, l’échange fraternel, l’internationalisme, la tolérance, l’égalité doivent nous guider toutes et tous ensemble vers un autre monde où chacun aura sa place, où l’Être humain sera émancipé de ses peurs et de son aliénation. Rien ne doit nous diviser, rien ni personne ne doivent nous opposer les uns aux autres. L’unique soutien que l’on peut t’apporter est ici, c’est cela qui te fait vivre, c’est cela l’esprit Charlie Hebdo, et c’est comme cela que nous continuerons à faire vivre Cabu, Charb, Wolinski, Philippe Honoré, Tignous, Mustapha Ourrad, Frédéric Boisseau, Bernard Maris, Elsa Cayat, Michel Renaud, Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro.

Aujourd’hui nous sommes tous Charlie, il faut que demain nous le soyons toujours. 

4551325_6_ef3d_ill-4551325-c91c-nov-2011-une-sem-ap-attentat_a476c225dd5ddb5aa3deb0c7bf8a8a22 B61qOJ3CAAAQ2Nq thumb900_phppjaab8charlie01_x_gorce

4551317_6_e4c8_la-une-d-avril-2011_d877173925a392b8368157ce625c7ccb B6wNIciCEAI4Dju

 

 

Faro Willis

 

Publicités